L’utilisation du terme “usine à sites” désigne un logiciel capable de déployer un grand nombre de sites web dans un format factorisé afin de gagner un maximum de temps lors de la phase de création. Ils sont généralement conçus selon un principe de relation entre un site parent et plusieurs sites enfants. 

Depuis quand parle-t-on d’usine à sites ? 

L’histoire du web n’est pas toujours facile à remonter. Même si l’on conserve des éléments clés, certaines choses sont difficiles à dater précisément. 

C’est exactement le cas des usines à sites. On peut facilement supposer qu’elles ont dû voir le jour en même temps que le web de Yahoo ou d’Alta Vista (bonjour les anciens). 

Ce que l’on remarque par contre c’est que le 1er CMS ayant pour objectif de créer des sites à la chaîne, a vu le jour en 2001. Il s’agissait alors de Drupal. Célèbre CMS open-source faisant partie des tout premiers systèmes de gestion de contenus. 

Il faudra cependant attendre les années 2010 afin de voir la pratique des usines à sites se démocratiser. Elle commence aujourd’hui à se répandre et permet à des groupes d’entreprises de répondre à un certain nombre de leurs enjeux. 

Les usines à sites aujourd’hui

Aujourd’hui les usines à sites ont le vent en poupe. Les entreprises désireuses d’accroître de façon conséquente leur présence sur le web sont de plus en plus nombreuses. Ainsi, les exemples ne manquent pas. Qu’il s’agisse de marques grand public comme Décathlon ou d’entreprises plus spécialisées comme John Deere ou Batiland, ils sont nombreux à opter pour la solution de l’usine à sites.

Concrètement, en quoi cela consiste-t-il ?

Le principe de l’usine à sites repose sur les liens que vont avoir les sites dits “enfants” avec le site parent. 

Pour faire l’analogie avec le SEO, il existe dans ce domaine le principe du cocon sémantique qui consiste à créer des liens logiques entre les pages de son site. On fera ainsi des liens entre chaque page de même niveau mais également des liens remontant le fil d’ariane (vers la page parente puis vers la page d’accueil). 

Lors de la construction d’une usine à sites, on va retrouver ce même niveau de lien. 

Le site parent sera celui de la marque, celui dont dépendent toutes les entités. 

Chaque site enfant sera relié au domaine principal mais aura son sous-domaine qui lui sera propre. 


Un exemple : Mon entreprise est une marque de voitures (imaginons Peugeot) disposant de plusieurs revendeurs à travers le monde. 

Grâce à mon usine à sites, plutôt que de centraliser mes revendeurs sur mon site (peugeot.com) , je vais offrir à chacun d’entre eux, un site web. 

Tous ces sites seront rattachés à mon site principal car ils auront chacun leur sous-domaine (auto-aquitaine.peugeot.com).


De cette façon, ma marque gardera un contrôle sur chaque site des revendeurs, tout en étant capable de déployer à grande échelle des campagnes marketing pour des portes ouvertes, des lancements de produits ou autre. 

De même, chaque revendeur obtiendra une part d’indépendance grâce à un site qu’il pourra lui-même administrer. 


Ainsi l’image de marque est harmonisée sur l’ensemble du groupe tout en préservant un intérêt pour les actualités locales.


Pour connaître le coût de déploiement d’un tel système, nous vous invitons à vous rendre sur l’article dédié.

À lire aussi...